Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

WTCC-Autriche : Qui va yodler juste ?

Le Salzburgring est un circuit automobile permanent situé à l'Est de Salzburg. D'une longueur de 4,225 km, il se caractérise par un tracé étroit mais très long du fait de son emplacement dans la vallée. Il comprend aussi un point haut et un point bas relié par autant de lignes droites ou courbes très rapides. Le virage inférieur, la Fahrerlagerkurve (courbe du paddock), est d'ailleurs une ode à la trajectoire idéale où les gros cœurs trouvent là un terrain d'expression taillé à leur mesure. Dans un autre style car bien plus étroite, la courbe de retour supérieure, la Nockstein-Kehre, impose une autre approche. Une seule trajectoire, un gros freinage à la chicane pour casser la vitesse des bolides, le Salzburgring est un circuit redoutable malgré son apparente simplicité tant il est rapide.

Et ces vitesses posent problème, notamment aux voitures traction que sont les SEAT, LADA et Chevrolet. Souvenez-vous l'an dernier, pour leur premier passage en Autriche, les frayeurs et inquiétudes lorsque les pneus avant des Cruze officielles éclataient tour à tour et ce en 200 m sur les voitures de Muller et Menu. Un miracle que tout se soit bien terminé !

Avantage à ces marques qui ont déjà un retour sur informations, ce que n'a pas Honda dont ce sera le " dépucelage " sur cette piste.

C'est d'autant primordial que l'on a vu en plus les Civic faire preuve d'une très bonne motricité, notamment au départ. Le train avant est plus accrocheur que celui de la concurrence et dès lors sa force pourrait être sa faiblesse car travaillant mieux, mais plus, l'usure pourrait être plus précoce.

La logique voudrait que la Chevrolet Cruze soit l'arme idéale ce week-end. Mais l'usine n'est plus là et même si Ray Mallock gère toujours celle de Menu et Chilton, la domination de ces 3 dernières années n'est plus du tout d'actualité. Bien sûr, Honda, non seulement parce qu'il est outsider, mais aussi parce que l'usine est là, vient en seconde position. De plus, les voitures seront au même poids puisqu'en vertu de leurs succès respectifs, Cruze et Civic embarquent 40 kg de lest. Dès lors, quelque chose me dit qu'il faudra compter non seulement avec les SEAT (+20 kg) et notamment celles de Rob Huff et Marc Basseng du team All-ink Münnich Motorsport, mais aussi celle de Pepe Oriola et les Cruze du bamboo engineering de MacDowall et Nash, mais aussi celle de Nykjær (Nika Racing).

Ce circuit pourrait bien aussi voir les actions des pilotes BMW revenir au beau fixe. Tom Coronel ne demande que cela afin de viser le 3e place du championnat car, petit rappel, Huff, chilton, Nash et le Batave se tiennent en 4 points à peine ! Il peut y croire, tout comme Bennani ou D'Aste, vainqueur de la seconde manche l'an dernier.

De mettre en avant aussi deux pilotes qui ont les dents longues, mais qui n'ont pu pleinement s'exprimer. Tom Chilton est le premier.

De un parce qu'il est au volant de la Cruze du RML, de deux parce qu'il est bien capable de saisir l'opportunité de jouer le premier rôle.

Le second n'est autre que James Thompson. Même si il est vrai que la LADA manque de qualité châssis, on l'a bien vu en Hongrie, en pointe, sa vitesse n'est pas à négliger. Monza l'a démontré à suffisance et le Salzburgring est un toboggan dédié à celle-ci et que la Granta sera de 20 kg plus légère.

On sera fixé dès les qualifs qui s'annoncent d'ores et déjà très « pimentées » ! (photo Castrol Honda WTCC Team / WTCC)

« Carte postale »

Salzbourg se traduit littéralement par « château de sel » (Salz : sel, et burg : château). Ville située à la frontière austro-germanique, elle est connue pour être la patrie de Mozart qu’elle a vu naître le 27 janvier 1756 alors que la ville faisait partie à l’époque de la principauté du Saint-Empire romain germanique.

Mais l’histoire en elle-même est bien plus ancienne puisque les premières traces de vie datent du Néolithique, soit 1.000 ans avant Jésus-Christ. Ce sont les Illyriens qui occupent le site qui prendra le nom de « Salzbourg ».

Évoqué pour la première fois en 755, la vieille ville où sont les fortifications est entrée au patrimoine de l’UNESCO en 1996. Ses enceintes renferment son centre historique qui s'est de fait développé entre le Moyen Âge et le XIXe siècle, alors que la cité-État était dirigée par un prince-évêque.

C’est sur fond art gothique qu’elle a grandi et qu’elle attira de nombreux artistes et artisans, avant que la ville ne devienne plus célèbre encore grâce à l'intervention d'architectes italiens comme Vincenzo Scamozzi et Santini Solari. Ces derniers ont apporté ce qui est devenu sa physionomie en introduisant le style baroque. Ce subtil mélange des genres en fait sa richesse artistique et culturelle. Toits en flèche et dômes en sont les principales caractéristiques, eux-mêmes dominés par la forteresse de Hohensalzburg. De nombreux édifices religieux et laïques construits de la fin du Moyen Âge au XXe siècle sont encore de grande qualité. Tant et si bien que Salzbourg est parfois surnommée « la ville aux cent églises ». Parmi les plus célèbres, on trouve l'abbaye bénédictine Saint-Pierre (fondée en 696 par l'évêque de Worms, saint Rupert, patron de la ville), l'église des franciscains, la Kollegienkirche, les églises Saint-Michel, de la Trinité, Saint-Gaëtan et pour finir l'abbaye bénédictine de Nonnberg.

Autre genre de monument à visiter : le musée d’art moderne sur la Mönchsberg, la maison de la nature, Haus der Natur Salzburg, le musée de la cathédrale, Dommuseum Salzburg, et bien évidemment la maison natale de Mozart : Mozarts Geburtshaus.

Longueur : 4241 m Nombre de virage : 10 - Course : 2 x 12 tours - Qualifications 2012 : 1:27.346, Yvan Muller (Chevrolet Cruze 1.6T) - Course : 1:27.820, Alain Menu (Chevrolet Cruze 1.6T)

Tag(s) : • WTCC