Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rallye de la Semois : Cunin et Wilkin, indiscutables vainqueurs

Disputé en deux jours, le Rallye de la Semois a encore attiré du très beau monde dans les Ardennes namuroises. Non moins de 145 équipages se sont en effet bousculés dans des classements modernes et historiques très disputés. Vainqueur pour la cinquième fois consécutivement, Eric Cunin n’a pas rencontré de véritable concurrence avec sa WRC. Au contraire de Laurent Wilkin qui aura dû attendre la deuxième journée pour faire la différence. Enfin, Jean-Pierre Van de Wauwer, l’emportait en Prov’Historic Classic tandis que Christophe Demortier était le plus rapide au sein du peloton des Prov’Historic S/R (véhicules anciens, hors homologations d’époque).

Heureux propriétaire de l’ancienne Skoda Fabia WRC de David Bonjean, le local Eric Cunin ne perdait pas de temps pour prendre en mains son efficace monture. Très motivé au départ, Francis Lejeune (Porsche 997 Cup) devait tout aussi vite désenchanter lorsque la transmission de sa terrible propulsion le lâchait à la fin de la deuxième spéciale. Leader après la première journée, longue de quatre spéciales dont le nouveau chrono de Haut-Fays, Cunin était le premier à venir féliciter le Germanophone Stephan Hermann (Fiat Punto), auteur d’un superbe début de course et même d’un scratch dans la dernière spéciale de nuit avec sa diabolique traction ! Derrière, Olivier Martin (Mitsubishi Lancer Evo9) devançait Didier Bosseloir (Honda Civic R3), encore une fois très à l’aise, et le Français Jean-Noël Tournay (Subaru Impreza) qui pouvait en dire tout autant pour sa découverte du parcours. Vincent Vertommen (Lancer Evo9) suivait non loin devant Arnaud Clause qui découvrait le pilotage d’une Citroën C2-R2.

Le lendemain, c’est dans l’ordre du classement que repartaient les concurrents et Cunin l’emportait logiquement… malgré un cardan cassé à mi-rallye. « Je suis vraiment content d’être à l’arrivée, cette victoire fut clairement la plus difficile des cinq tant je redoutais l’abandon à chaque instant. Je suis vraiment impressionné par la performance et la fiabilité de cette Skoda quand nous avons rencontré nos problèmes. » Profitant des soucis du vainqueur, Hermann et Bosseloir signaient de nouveaux scratchs au général, de quoi leur assurer un podium très mérité. A la régulière, Martin ne pouvait suivre le rythme et se crachait dans les mains jusque dans la dernière pour résister à la remontée de Hubert Deferm sur l’ancienne Peugeot 207 Super 2000 de Thierry Neuville et Kris Meeke. Malheureusement, un joint de culasse provoquait l’abandon de la Mitsubishi et offrait la 4ème place à Deferm, devant Tournay, Vertommen étant, entre-temps, sorti de la route. Sans une commande de boîte cassée, Olivier Holtzheimer (BMW M3) aurait certainement passer Clause qui ne manquait pas son retour en traction ! Venu prépaprer l’Omloop van Vlaanderen, prochaine manche nationale, Guillaume Dilley (VW Polo) n’avait pas à rougir de sa prestation terminée non loin du pilote de la Citroën. A domicile, Xavier Michaux repartait avec d’excellents souvenirs en terminant à la huitième place du général et sur le podium de classe 14. Auteur d’une bonne journée dominicale, Renaud Losfeld (M3) revenait fort sur Pascal Lemince (Impreza), mystérieusement disparu des classements lors de la dernière spéciale alors que le pilote a bien franchi le podium final. Ce dernier reste néanmoins en tête du championnat en division 4.

Sur sa lancée du Rallye de la Famenne remporté sans trop de concurrence, Laurent Wilkin (Peugeot 306) était heureux de retrouver Bruno Blaise (Renault Clio), quatre fois vainqueur de l’épreuve. Dès les premières spéciales, Steve Rousselet (Opel Astra) en surprenait plus d’un en ne rendant qu’une toute petite seconde à Wilkin après les deux premières spéciales dont un meilleur temps dans les divisions réservées aux pneus de tourisme. Dans le même rythme, Bruno Blaise (Clio) terminait la première journée à une toute petite seconde de Wikin. Le lendemain, ce dernier sortait la très grosse attaque pour faire la différence face au multiple vainqueur. « Battre Blaise à la Semois, c’est un petit peu comme battre Sébastien Loeb » rigolait Laurent qui signait là son premier succès à Bièvre. Bien parti pour grimper sur le podium, Rousselet devait renoncer en début de matinée, de quoi laisser la place à un beau duel entre Maxime Warlomont (Clio) et Christophe Verstaen (Astra). Finalement, c’est pour trois petites secondes que Maxime faisait la différence tout en effectuant la meilleure opération au championnat après un cardan cassé pour David Schmetz, la sortie de Jean-Yves Lejeune ou encore la crevaison qui ralentissait Dany Bragard (tous en Clio).

Au sein du classement de la D1-2-3 rarement aussi disputé, Laurent Mottet (sur sa nouvelle 306 ex-Wilkin) effectuait une très bonne deuxième journée pour prendre le meilleur sur Philippe Castremanne (toujours bien dans le coup avec sa « petite » Swift). Comme celui-ci et pour l’occasion en Opel Manta, le brillant Dany Jacques remportait sa classe lors de son épreuve à domicile. A une seconde de Mottet après la première journée, Samuel Picard (Peugeot 205) était « clairement » un des pilotes qui aura fait la différence de nuit. Logiquement, Serge Minet (vainqueur de classe au volant de la Clio d’Ali Chouaïbi) repassait ensuite tout comme Orban, Colin, Blérot, Querinjean et Wolfs sur des montures de classe 10 qui étaient plus d’une trentaine au départ ! Au volant de sa Citroën C2 Super 1600, l’Allemand Uwe Gropp ne souffrait pas en 3-9 où Frédéric François cassait un cardan. Derrière l’intouchable Castremanne en 3-8, Jérôme Linchamps (Peugeot 106) remportait son duel avorté face à Marc Delfosse (Swift) lorsque ce dernier crevait. Dans une classe 5 riche d’une quinzaine d’engagés, Julien Thirifays (Honda Civic) avait déjà pris le large sur Joël Depierreux (Citroën Saxo) avant de casser sa boîte. Le succès était donc total du côté des Depierreux puisque Joël l’emportait face à Christelle Guillaume, épouse d’Alain (préparateur de la WRC gagnante en D4) qui se battait pour le podium dès le début de course avec Olivier Leroy (boîte sur la Saxo) et Nicolas Vanderweerde (cardan sur la 106). Du côté des dernières classes, Charles Blérot (106), Jean-Claude Daniels (Clio), Jeroen De Filette (BMW 325i) et Philippe Henin (Citroën Saxo) gagnaient après avoir mené l’épreuve dès le début.

Venu s’amuser en Prov’Historic, Jean-Pierre Van de Wauwer (Lancia Beta Monte Carlo) ne regrettait pas le déplacement et s’imposait sans soucis face au local Frédéric Legendre (Opel Kadett), néanmoins auteur de quelques excellents chronos. Bruno Lacroix (Ford Escort) gardait toujours l’avantage sur Sébastien Glaude (Volvo 144S) pour le podium tandis qu’Etienne Dozot (Talbot) remportait sa classe. Finalement, le seul concurrent de choix pour « Vande » aurait été Christophe Demortier (Ford Escort) mais ce dernier fait partie du contingent de concurrents qui ont choisi de faire évoluer leur « ancienne » vers plus de modernité. Il s’imposait de très belle manière et pour la troisième fois à Bièvre, cette année dans le classement de la catégorie PH - S/R qui, à l’instar de la catégorie PH – Classic, présente des plateaux et des joutes de plus en plus intéressants. Derrière ce dernier vainqueur, Romuald Thirion (Opel Ascona) signait une superbe remontée pour s’imposer au Néerlandophone Rik Vannieuwenhuyze (Escort) et Thierry Boulanger (BMW 323i), longtemps deuxième mais qui aura préféré assurer le spectacle face à un public conquis. (com org / photos D Zakrzewski)

Classements :

Division 4 :
1. E. Cunin-V. Palizeul (Skoda Fabia WRC-1er 4/14) en 1h20’39
2. St. Hermann-A. Maraite (Fiat Punto-1er 4/13) +51”
3. D. Bosseloir-St. Creffier (Honda Civic R3-4/13) +1’24
4. H. Deferm-A. Poulain (Peugeot 207 Super 2000-4/13) +2’14
5. J-N. et P. Tournay (Subaru Impreza N12-4/14) +2’17
6. A. Clause-M. Dehez (Citroën C2-R2-1er 4/12) +4’35
7. G. Dilley-G. Brion (VW Polo GTi-4/13) +5’07
8. X. Michaux-P. Lamour (Subaru Impreza STi-4/14) +7’38
9. N. Demeire-P. Moerman (Opel Ascona-4/13) +8’13
10. N. Leschhom-N. Solbach (Peugeot 207 RC-4/14) +8’52
...
13. R. Losfeld-S. Belbecir (BMW M3-1er 4/15) +10’24
(23 classés)

Divisions 1-2-3 :
1. L. Wilkin-E. De Bolle (Peugeot 306 GTi-1er 3/10) en 1h23’06
2. Br. Blaise-M. Zians (Renault Clio RS-3/10) +1’05
3. M. Warlomont-G. Bollette (Renault Clio RS-3/10) +2’06
4. Chr. Verstaen-Chr. Mahieu (Opel Astra M2000-3/10) +2’09
5. L. Mottet-W. Mergny (Peugeot 306 GTi-3/10) +2’54
6. Ph. Castremanne-Th. Brassine (Suzuki Swift GTi-1er 3/8) +3’53
7. D. Jacques-D. Bomblet (Opel Manta-1er 3/11) +4’00
8. A. Chouaïbi-S. Minet (Renault Clio RS-1er 2/6) +4’11
9. Gr. Orban-M. Reynaert (Renault Clio RS-3/10) +4’35
10. J. Colin-R. Xhrouet (Renault Clio RS-3/10) +4’46
11. N. Blérot-C. Henkinet (Peugeot 205 GTi-3/10) +4’52
12. M. Querinjean-Cl. Crasson (Ford Escort-3/10 +5’12
13. J. et R. Wolfs (Citroën ZX-3/10) +5’55
14. S. Picard-C. Wéry (Peugeot 205 GTi-3/10) +6’30
15. E. Marique-Ph. Loiseau (Opel Astra GSi-3/10) +6’35
...
17. U. Gropp-St. Maurer (Citroën C2 Super 1600-1er 3/9) +7’01
...
21. J. Depierreux-V. Languillier (Citroën Saxo-1er 2/5) +9’46
...
35. Ch. Blérot-J-M. Toussaint (Peugeot 106 Rallye-1er 2/4) +11’24
...
42. J-Cl. Daniels-M. Londero (Renault Clio 3 RS-1er 1/3) +13’22
...
51. J. et M. De Filette (BMW 325i-1er 2/7) +15’42
...
65. Ph. Henin-J. Hugo (Citroën AX Sport-1er 1/1) +26’35
(67 classés)

Prov’Historic Classic :
1. J-P. Van de Wauwer-S. Clar-Boson (Lancia Beta-1er PH/17) en 1h05’55
2. Fr. Legendre-L. Villance (Opel Kadett GTE-PH/17) +2’58
3. Br. Lacroix-L. Ledert (Ford Escort-PH/17) +5’44
4. S. Glaude-A. Van Houdenhove (Volvo 144S-PH/17) +6’16
5. E. Dozot-L. Degeye (Talbot-1er PH/16) +9’37
(8 classés)

Prov’Historic S/R :
1. Chr. Demortier-N. Michaux (Ford Escort-1er PH/SR) en 1h05’09
2. R. Thirion-Fr. Jacquemin (Opel Ascona-PH/SR) +3’13
3. R. Vannieuwenhuyze-K. Declerck (Ford Escort RS2000-PH/SR) +3’45
4. Th. Boulanger-V. Willocq (BMW 323i E21-PH/SR) +4’00
5. R. Catteeuw-Cl. Liefooghe (Ford Escort MK2-PH/SR) +4’37
(5 classés)

Rallye de la Semois : Cunin et Wilkin, indiscutables vainqueursRallye de la Semois : Cunin et Wilkin, indiscutables vainqueursRallye de la Semois : Cunin et Wilkin, indiscutables vainqueurs
Tag(s) : • Rallye be