Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si on parlait d'une possible pluie hier, aujourd'hui le soleil est bel et bien là. De quoi mettre une ambiance estivale dans le paddock, mais surtout de chauffer la piste.

Avec 43° sur celle-ci, voilà le facteur inattendu et prêt à modifier la stratégie de course car l'usure n'en sera que plus rapide.

Superbe départ de la part de Rosberg qui garde l'avantage de la pole et de s'engouffrer le premier dans la montée du Casino, alors que Vettel attaque déjà Hamilton à Sainte Dévote et pratiquement à tous les virages jusqu'à celui de la Piscine. Webber est 4e en observateur, suivi de près par Räikkönen. Le pilote Lotus contient les assauts de Alonso alors que chez McLaren, on est à l'écoute de Button tant la limite sportive semble atteinte entre lui et Pérez. Il est vrai que le Mexicain est devant et moins rapide. Il coupe gaillardement les chicanes afin de conserver sa 7e place. En attendant, Button est furax.

Très bien placé en 15e place vu sa monture, Giedo van der Garde ne peut éviter le contact et de voir son appendice nasal lui passer sous la Caterham. C'en est déjà fini de ses prétentions. Et décidément, dans l'écurie, on est aux abois puisque le team informe et demande instamment à Charles Pic de ralentir la cadence. L'avertissement arrive trop tard et le Français abandonne sa monoplace à l'entrée des stands non sans avoir le feu aux fesses ! L'intervention rapide et efficace des commissaires permettront de rapidement dégager le véhicule. Pendant ce temps, Button a enfin pris la mesure de Pérez.

Alors que l'on arrive au 15e tour, on remarque que la course s'installe dans son cours " normal ". Il faut dire que l'incertitude est vraiment grande quant à l'usure des pneus.

Du coup, le petit train est de mise et tout le monde observe tout le monde sans pour autant se faire larguer. L'exercice semble plus délicat pour Alonso et de voir grossir dans ses rétroviseurs les deux McLaren. L'Espagnol semble en effet en délicatesse avec son pneu arrière droit. Conscient, il gère en refroidissant un peu ses gommes puis de remettre les « gaz » afin de les distancer, mais surtout de ne pas perdre le contact d'avec le top 5.

Le premier gros bras à passer au stand n'est autre que Webber alors que l'on est au premier tiers de course. Il est suivi un tour plus tard de Button, mais aussi Räikkönen. Un peu étonnant puisque le Finlandais nous a habitué à une très bonne gestion de ses gommes. Cela se succède et le classement n'arrête pas de changer.. Et pendant ce temps, Rosberg signe le record du tour. Comme quoi, la Mercedes est encore loin de sa limite.

Survient alors la grosse sortie de Massa au 30e tour. Elle se produit pratiquement au même endroit qu'hier matin et selon le même schéma tapant le rail en pleine ligne droite à gauche puis de finir sa course en venant taper du flanc les piles de pneus de Sainte Dévote. Le pilote est choqué et par sécurité de lui mettre une minerve pour l'extraire. Vettel a vite compris que pour gagner une place au minimum, il se doit de passer rapidement au stand... Ce qu'il fait. Webber l'ayant fait juste un peu avant, c'est au tour des Mercedes de faire de même. L'opération est bonne pour Rosberg qui en leader rentre premier et repart devant Vettel et Webber. Pour Hamlton, cela s'est quelque peu compliqué et de repartir derrière les deux Red Bull !

Seule consolation qu'il a, c'est de voir tout le monde calé derrière la safety car et donc d'être directement dans les échappements de la RB9 de Webber, 3e. Il est le seul du top 10 à rétrograder car pour les autres, la situation est identique à celle du départ.

La voiture médicale étant juste dans la trajectoire à Sainte Dévote, la safety car passe et repasse durant 7 tours avant de relâcher la meute au 39e tour soit à la mi-course.

Pas de changement mais de se demander ce que va faire Hamilton. Il est menaçant et se doit de passer Webber. Alonso est lui aussi bien placé pour faire de même sur Räikkönen. Mais à Monaco, entre envie et réalité... On sait ô combien il est difficile de dépasser. Pourtant Hamilton ose là où c'est quasi impossible au virage de la Rascasse. Webber est bon joueur, ne ferme pas la porte, mais ce n'est pour cela que la Mercedes passe.

Alonso a aussi des fourmis dans les bras et de tenter l'action sur le pilote Lotus. Mais en ouvrant un peu la porte, c'est Button qui veut s'y engouffrer. Alonso se rabat et touche l'aileron de la McLaren avec sa roue arrière gauche. Un peu décontenancé, Button se fait du coup surprendre par Pérez à la sortie du tunnel. Il remettra le couvert, mais sur Alonso en se portant à la hauteur d’Alonso sans pour autant pouvoir le dépasser. L'Espagnol évite le contact en coupant le vibreur.

Concentré sur cet incident, on a à peine compris pourquoi Bianchi rentre avec son aileron avant redressé comme une lame de chasse-neige. En fait, juste avant d'arriver au virage du Bureau de tabac, Maldonado et Chilton se touchent. Pas le temps de réagir, la Williams disparaît dans les pneus au propre comme au figuré. Et d'envoyer une bonne partie de ce système de protection sur la piste. Le pilote Français est donc une victime collatérale de l'accrochage. La Direction de course n'hésite pas à brandir le drapeau rouge... à bon escient !

Le temps semble interminable, mais c'est finalement sans trop de problème que Maldonado sort de l'épave et de regagner le paddock à pied. Les rescapés se placent sur la grille de départ et certains pilotes sortent même de leur bolide alors que les mécanos et ingénieurs s'affairent autour de ceux-ci. Pendant ce temps mort, Alonso se voit signifier qu'il devra laisser passer Pérez sous le régime du safety car au moment du restart.

Celui-ci se passe bien et c'est à la queue-leuleu que les tours s'enchainent. Sutil signale que la trêve est finie en allant à l'assaut de Button. Il le pousse à la faute juste avant le virage du Portier et de prendre le meilleur. Quant à Pérez, il est chaud bouillant et de s'attaquer à Räikkönen à la sortie du tunnel. Si c'est son endroit de prédilection pour un dépassement, le Mexicain peut remercier le pilote Lotus de le voir arriver trop vite et tous deux de couper le chicane. Sans quoi, la safety car serait à

nouveau montée en piste.

Pour Alonso, c'est de plus en plus laborieux et il doit repousser les attaques de Sutil. Au 57e tour, celui-ci trouve l'ouverture comme pour Button et d'avoir maintenant des vues sur Pérez. C'est une bonne chose pour le pilote Lotus car, devant protéger sa place et étant chaussé de gommes plus dures, il est moins rapide. Mais Pérez doit faire de même car la Force India est plus rapide aussi.

Pas avare en sensation, Bianchi se fait peur au même endroit que Massa et de finir de même façon que le Brésilien. Heureusement, ce sera bien plus "doux" pour lui.

Mais le fait de brandir le drapeau jaune à cet endroit, juste à Sainte Dévote, empêche certains d'envisager un dépassement et de laisser un sursis à certain. A peine remis de cet incident, Grosjean qui se cale dans l'aileron de Ricciardo dans le tunnel, freine trop tard et de venir à la charge, arrachant l'appendice aérodynamique de la Williams et le sien. Ricciardo s'en va frotter rudement le rail avant de venir monter sur la roue de la Lotus de Grosjean qui va plus que certainement dire qu'il pensait qu'il freinerait plus tard. Sincèrement à ce niveau, et puisque c'est avec l'envie de dépasser que l'on se met ainsi, il faut se décaler pour assurer son freinage. Là, c'est presque un hara-kiri qu'il s'est imposé. En attendant, ça fait le 3e accident du week-end pour le Français !

On est proche de la fin à 8 tours de la fin, Pérez tente le tout pour le tout à la sortie du Tunnel. Comme d’habitude. Les voitures se touchent et le contact est des plus rudes pour les roues et triangles de suspension. S’ils poursuivent, cela ne dure qu’un temps et une crevaison oblige au pilote Lotus de repasser au stand. Ce n’est pas la bonne affaire pour Iceman qui chute au classement. Pérez reste en piste, mais sa McLaren est moins fringante. Il bouchonne Sutil, Button et les autres finissant par jeter le gant à 5 tours de la fin au Loed’s après avoir loupé l’entrée des stands. Alonso l’évite d’ailleurs de peu.

Fin de course incroyable pour Räikkönen qui passe Bottas (Williams) et Guitterez (Sauber) dans l’avant-dernier tour et d’arracher le dernier point du week-end à Hulkenberg (Sauber) dans le dernier. Mais le plus heureux est bien évidemment Nico Rosberg qui a tout mené depuis jeudi. Essais libres, qualifications et course en tête de bout en bout, cette victoire est plus que amplement méritée et d’y ajouter la très symbolique particularité que son père, Kéké Rosberg l’avait gagné il y a 30 ans.

Un autre qui rit, c’est bien Vettel. Les circonstances de la course lui ont permis de prendre et de garder la 2e place, creusant encore un peu plus l’écart sur ses adversaires directs.

Webber monte sur la 3e marche du podium avec la satisfaction du travail bien fait. Il ne pouvait espérer mieux vu la situation. Même constat pour Hamilton qui termine 4e. Il n’a rien à se reprocher.

Grâce à un arrêt précoce, Sutil est l’autre gagnant du jour et de finir 5e avec sa Force India, devant un Button plus que satisfait et un Alonso plus que dépité.

Changement de cap et de continent avec le Grand Prix du Canada dans 15 jours.

Résultat (source formula1)  
Pos Pilote Team Trs Écart Gril Pts
1 9 Nico Rosberg Mercedes 78   1 25
2 1 Sebastian Vettel Red Bull Racing-Renault 78 +3.8 3 18
3 2 Mark Webber Red Bull Racing-Renault 78 +6.3 4 15
4 10 Lewis Hamilton Mercedes 78 +13.8 2 12
5 15 Adrian Sutil Force India-Mercedes 78 +21.4 8 10
6 5 Jenson Button McLaren-Mercedes 78 +23.1 9 8
7 3 Fernando Alonso Ferrari 78 +26.7 6 6
8 18 Jean-Eric Vergne STR-Ferrari 78 +27.2 10 4
9 14 Paul di Resta Force India-Mercedes 78 +27.6 17 2
10 7 Kimi Räikkönen Lotus-Renault 78 +36.5 5 1
11 11 Nico Hulkenberg Sauber-Ferrari 78 +42.5 11 0
12 17 Valtteri Bottas Williams-Renault 78 +42.6 14 0
13 12 Esteban Gutierrez Sauber-Ferrari 78 +43.2 19 0
14 23 Max Chilton Marussia-Cosworth 78 +49.8 22 0
15 21 Giedo van der Garde Caterham-Renault 78 +62.5 15 0
16 6 Sergio Pérez McLaren-Mercedes 72 +6 trs 7 0
Ret 8 Romain Grosjean Lotus-Renault 63 +15 trs 13 0
Ret 19 Daniel Ricciardo STR-Ferrari 61 +17 trs 12 0
Ret 22 Jules Bianchi Marussia-Cosworth 58 +20 trs 20 0
Ret 16 Pastor Maldonado Williams-Renault 44 +34 trs 16 0
Ret 4 Felipe Massa Ferrari 28 +50 trs 21 0
Ret 20 Charles Pic Caterham-Renault 7 +71 trs 18 0
30 ans après son père, Nico Rosberg inscrit son nom à l'épreuve monégasque. Cette année, c'est aussi sa 2e victoire consécutive. La grande forme quoi !

30 ans après son père, Nico Rosberg inscrit son nom à l'épreuve monégasque. Cette année, c'est aussi sa 2e victoire consécutive. La grande forme quoi !

Tag(s) : • F1