Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rosberg résiste alors que Vettel passe Hamilton juste avant le premier freinage et de se mettre entre les Mercedes. Hamilton est en fait mal parti, allume ses pneus au freinage et comme il a dû défendre sa place, il n'est pas sur la bonne trajectoire et de céder également à la Ferrari de Alonso et de contenir de justesse les assauts de Räikkönen. Alonso est celui qui a réalisé la plus belle opération en passant la Lotus et la Mercedes. Massa a également pris un bon envol et de s'offrir le scalp de Pérez dans le premier tour et de gagner déjà une place. Le Brésilien est en forme et de signer d'emblée le meilleur tour, tentant ainsi de faire la jonction d'avec Raïkkönen au 6e tour.

Devant Rosberg ne s'échappe pas, mais Vettel n'arrive pas non plus à le passer. Alonso s'approche et Hamilton se fait surprendre par Räikkönen qui voit la Lotus lui passer sous le nez. Massa fera de même dans le 8e tour alors que Webber est repassé par le stand pour changer une première fois ses roues. À peine passé, le Brésilien rentre au stand pour la même raison.

en fait les passages au stand s'accélèrent et c'est de concert que les 3 premiers y vont. Ils repartiront dans l'ordre, mais au retour en piste, ils tombent sur Alonso !

Rosberg ne s'en laisse pas compter et de rester devant la Ferrari. Eh oui, Alonso s'est intercalé entre le pilote Mercedes et Vettel. Pneus frais, mais froid contre pneus usés mais à température, le combat est dantesque. Il durera le temps d'un instant, soit 2 tours, avant de voir le poleman s'effondrer et de se faire dépasser coup sur coup par Alonso et Vettel. Son calvaire n'est même pas fini puisque Massa fera de même un tour plus tard, imité en cela par Räikkönen le tour suivant. De noter l’abandon suite à une casse de la rotule de suspension arrière droite de la Lotus de Grosjean.

La course retrouve une certaine logique quand Pérez, leader éphémère du Grand Prix repasse au stand et de confirmer la prise de pouvoir de Alonso devant les siens. Le public exulte et c'est la folie dans les gradins !

Alors que l’on s’attend à un mano à mano entre Alonso et Vettel, on constate qu’en fait l’Espagnol creuse l’écart à la régulière et que Massa, 3e, revient lui aussi petit à petit avant de procéder à un second arrêt au stand. Déjà 2 arrêts alors que l’on est à peine au tiers de la course soit au 21e des 66 tours programmés ! Alonso fera de même le tour suivant, laissant ainsi Vettel mener la course suivi à 2 s par Räikkönen.

De découvrir la stratégie de Vettel qui sera de faire une course à 3 arrêts, soit plus que certainement un de moins que les Ferrari. De découvrir aussi qu’une F1 a difficile de rouler sur 3 roues, même si c’est possible comme le démontre van der Garde et sa Caterham.

Moment fort devant puisque Vettel se voyant rejoint par son rival décide de rentrer au tout dernier moment. Le Finlandais devient le 5e leader de la course. Tout sera histoire de stratégie et on alors que l’on approche de la mi-course, l’issue de celle-ci est bien incertaine. Le pilote Lotus repassant à son tour au stand, c’est à nouveau Alonso, suivi de Massa qui est en tête !

Pour Hamilton, c’est la descente aux enfers, il pointe désormais à la 15e place. Voyant l’arrière-train des Toro Rosso de Vergne et Ricciardo. Il se fait même dépassé par la Williams de Maldonado avant de le repasser dans le tour suivant.

Mais l’actualité est devant et Räikkönen est en passe d’attaquer Vettel à la mi-course. C’est pour le gain de la 3e place, mais c’est aussi le duel entre le premier et le second du championnat !

Très belle attaque après deux tours d’observation, mais Vettel résite. Il cédera pourtant au bout de la ligne droite alors que le pilote Lotus plonge à l’intérieur. En sortie, il pourrait fermer la porte, mais le team lui enjoint de tenir son rythme et de ne pas forcer le destin en voulant suivre les autres. L’info est d’importance car cela veut bien dire qu’il va aller le plus loin possible avec ce train de pneus et de finir sa course avec des nouveaux et de pouvoir attaquer ses rivaux qui eux, devraient être en délicatesse avec l’usure de leurs gommes.

Räikkönen est sur une autre planète et de fondre sur Massa alors que Alonso passe au stand pour changer ses roues. À peine parti, le team voit arriver Massa pour le même motif.

Kimi est à nouveau leader, mais Alonso est juste derrière, suivi lui-même de Vettel. La situation est inversée maintenant puisque les pneus frais de Alonso lui permettent de faire la jonction rapidement et de reprendre son bien au 39e tour.

Vergne voit son pneu arrière droit partir en lambeaux et de rentrer d’urgence au stand, surprenant quelque peu son team. Est-ce un signe ? Toujours est-il que Vettel rentre et brise ainsi l’idée d’une course à 3 arrêts.

Alors si belle jusqu’alors, la course s’enfonce dans une certaine monotonie. Les places sont pour l’instant figées et ce en attente du dernier passage au stand. Alonso est bien accroché à sa première place et de gérer ses pneus et son avance sur Massa. Räikkönen est toujours sur la troisième marche du podium et a même dans son collimateur Massa. Il n’aura à porter d’attaque puisque le Brésilien rentre pour son dernier changement. Il repart juste devant Vettel.

L’air de rien, c’est Webber qui intègre désormais le top 5 en dépassant la Mercedes de Rosberg et ce dernier est au plus mal car il a la Force India de di Resta dans le dos. Il faut encore tenir 10 tours.

C’est à rythme très rapide, mais sans danger que Alonso s’offre une 32e victoire, la seconde sur son circuit et en guise de tour d’honneur de faire flotter le drapeau espagnol qu’un commissaire lui a donné. Räikkönen termine second et revient ainsi à 4 points de Vettel qui ne terminera finalement que 4e, laissant échapper le podium à Massa.

À l’évidence, ou presque, ce Grand Prix était fait pour Ferrari car il ne faut pas oublier que Alonso s’est élancé de la 5e place et Massa de la 9e ! Autre leçon à tirer, le départ de moins bonne qualité a hypothéqué de suite la possibilité de victoire à Räikkönen. Lotus se doit de soigner ce « poste ». Le pilote aussi.

Et ce sera d’importance car le prochain rendez-vous est teinté d’une aura incroyable puisqu’il s’agira du Grand Prix de Monaco (26 mai)

Pos Pilote Team Trs Écart Gril Pts
1 3 Fernando Alonso Ferrari 66   5 25
2 7 Kimi Räikkönen Lotus-Renault 66 +9.3 4 18
3 4 Felipe Massa Ferrari 66 +26.0 9 15
4 1 Sebastian Vettel Red Bull Racing-Renault 66 +38.2 3 12
5 2 Mark Webber Red Bull Racing-Renault 66 +47.9 7 10
6 9 Nico Rosberg Mercedes 66 +1:08.0 1 8
7 14 Paul di Resta Force India-Mercedes 66 +1:08.9 10 6
8 5 Jenson Button McLaren-Mercedes 66 +1:19.5 14 4
9 6 Sergio Pérez McLaren-Mercedes 66 +1:21.7 8 2
10 19 Daniel Ricciardo STR-Ferrari 65 +1 tr 11 1
11 12 Esteban Gutierrez Sauber-Ferrari 65 +1 tr 19 0
12 10 Lewis Hamilton Mercedes 65 +1 tr 2 0
13 15 Adrian Sutil Force India-Mercedes 65 +1 tr 13 0
14 16 Pastor Maldonado Williams-Renault 65 +1 tr 17 0
15 11 Nico Hulkenberg Sauber-Ferrari 65 +1 tr 15 0
16 17 Valtteri Bottas Williams-Renault 65 +1 tr 16 0
17 20 Charles Pic Caterham-Renault 65 +1 tr 22 0
18 22 Jules Bianchi Marussia-Cosworth 64 +2 trs 20 0
19 23 Max Chilton Marussia-Cosworth 64 +2 trs 21 0
Ab 18 Jean-Eric Vergne STR-Ferrari 52 +14 trs 12 0
Ab 21 Giedo van der Garde Caterham-Renault 21 +45 trs 18 0
Ab 8 Romain Grosjean Lotus-Renault 8 +58 trs 6 0
Tag(s) : • F1