Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avec 53 bolides du Belgian Gentlemen Driver’s Club 2013 en piste ce dimanche à Spa-Francorchamps dans le cadre du Trophée des Fagnes, en plus de 48 voitures du Trophée Tourisme Endurance, équivalent français du BGDC, personne ne s’est ennuyé sur le toboggan des Ardennes. D’autant que le soleil était de la partie ! Et ceux qui pensaient assister à une cascade d’incidents et de neutralisations en ont été pour leurs frais, les amateurs, gentlemen-drivers et autres jeunes loups ont été à la fois performants et adroits, de quoi garantir un grand spectacle…

Incontestable point fort du BGDC : une cure de jouvence permanente, grâce à l’arrivée de nouveaux concurrents. Dans le cadre du Trophée des Fagnes, ce sont John et Grégory Rasse qui ont défrayé la chronique, faisant remonter en piste une superbe BMW M3 E36 qui allait défrayer la chronique, signant le 2ème meilleur temps des essais, avant de marquer le début de course de son empreinte, pointant en tête des débats après 45 minutes. Certes, la mécanique a fini par s’essouffler, mais les gaillards, adeptes des courses internationales réservées aux Lotus, ont marqué les esprits…

hebergeur d'image

La BMW #142 écartée, le haut du classement était occupé par une autre M3, millésime E46 cette fois, domptée par ce diable de Koen De Wit, dont la particularité est de ne pas avoir d’équipier, et donc d’avaler les 240 minutes seul au volant. Comme par le passé, le Néerlandophone a perdu son aileron arrière, mais il en faut apparemment plus pour perturber la bavaroise blanche et noire. « J’ai certes perdu un peu d’appui aérodynamique, mais rien de bien grave, soulignait le sympathique pilote à l’arrivée. Avec toutes ces voitures en piste, il a fallu un peu zigzaguer, mais j’ai tenu bon, et la victoire m’a souri. » Comme lors de la dernière étape spadoise du BGDC 2012, d’ailleurs…

Lauréat au classement général, mais aussi et surtout en Division 3, De Wit a devancé dans cette catégorie les Luxembourgeois Guy Hoffeld, Gil Linster et Sven Seerach, dont la M3 E36 a pourtant hérité d’un tour de pénalité pour excès de vitesse dans la pitlane ! Ce qui ne l’a pas empêché d’effectuer une tonitruante remontée, prenant notamment le meilleur sur une autre M3 E36, celle de Geert Verwimp et Kris Geudens. Lauréats à Zolder, les deux gaillards accueillaient ce podium avec soulagement, Geudens n’en étant qu’à sa deuxième course automobile, la première sur le plus beau circuit du monde ! Chapeau bas…

De cette D3, on retiendra encore les excellentes prestations de Rudi Spigeleer, Thierry Grysouille et Didier Clermont (M3 E36), qui ont flirté avec le top 3, tandis que Christian Heck et Gaël Frère (M3 E36) ont été victimes d’un accrochage avec un concurrent français du TTE, ce qui a plié une jante, et naturellement coûté du temps. Ils n’en terminent pas moins au 5ème rang de la catégorie. Guère de satisfactions par contre pour les revenants Patrick et Alain Franssen, dont la BMW EMG Motorsport a été contrainte à l’abandon, victime de sa mécanique.

Kevers et Paisse out !

Une fois encore, les meilleurs bolides de la Classe D (2 litres) en D1 ont marqué les esprits. Avec trois arrêts obligatoires, soit un total de 9 minutes dans la pitlane, la stratégie avait toute son importance, et à ce petit jeu, l’équipe Dehaye Racing semblait tenir le bon bout, Grégory Paisse et Tony Kevers reprenant leurs bonnes habitudes en pointant au sommet de la hiérarchie avec la Volkswagen Golf II #1. Sauf que cette fois, un grain de sable est venu enrayer la belle mécanique allemande, le moteur rendant l’âme à… 10 minutes de l’arrivée de la course ! « A la relance dans l’épingle de Bruxelles, il s’est mis à ratatouiller. La cause était entendue… », déclarait, abattu, Grégory Paisse. « Depuis qu’on a remplacé notre numéro #101 par le #1, plus rien ne va. On va demander pour reprendre notre ancien numéro… »

hebergeur d'image

La Golf blanche poussée dans le box, Claudie Tanghe et Vincent Vandenabeele surgissaient pour cueillir leur deuxième victoire de la saison, après celle du coup d’envoi de Zolder. Le tout assorti d’une exceptionnelle 2ème place au général. La Renault Clio III #12 devançait au bout de la distance la Clio II de François Jeukenne, Michaël Schmetz et Olivier Debroux, omniprésente aux avant-postes, et la Honda Civic… rose de Raphaël van der Straten et Joël Vanloocke, dont la montée en puissance a été impressionnante. Les Clio de Deger-De Borman-Geoffroy et Buffet-Buffet trouvaient également place dans le top 5, contrairement à la Honda Civic Surinx de Bruynoghe et Ouassini, dont le moteur rendait l’âme trop rapidement. La nipponne était rejointe dans les rangs des malchanceux par la Honda Integra de Wilders-Ferrier (moteur) et la Clio de Lejeune-Maquet (accrochage)…

Echec aux BMW !

Dans le Classe E de la Division 1, on attendait une BMW… et c’est la Porsche 944 de Léonard Licops et Pierre-Yves Paque qui a surgi ! Bien aidée il est vrai par le retrait de la BMW EMG Motorsport de Neyens-Zadnikar, victime de sa mécanique. La 944 orange l’emportait magistralement devant les BMW M3 E30 de Van de Water et Beyers et 325i de Doms et De Vocht.

C’est dans cette catégorie qu’on retrouve les BMW Série 3 E90 et E46 ClubSport Trophy, course dans la course qui accueillait un certain Guino Kenis au volant de la #52. Malchanceux la veille au TAC Rally, le concessionnaire de la marque allemande ne se faisait pas prier pour remporter la victoire en compagnie de Kristof De Neef, précédant les bolides de Bonnet-Matot et Donniacuo-Lambregs-Smets. « Honnêtement, je ne rappelle pas m’être autant amusé sur un circuit, déclarait Kenis, ravi. Il y avait des voitures partout, et comme notre BMW, très proche de la série, n’est pas nécessairement puissante, il fallait tout le temps anticiper. Super amusant ! J’espère pouvoir revenir cette saison… »

Surprise !

Enfin, la plus petite des catégories de la Division 1, la Classe C, a été synonyme de rebondissements permanents. Si la Honda Civic #48 de Thiroux, Van Warbeck et Lémeret atomisait la concurrence durant la première partie de l’épreuve, la pompe à huile finissait par lâcher ! Tout profit pour la Honda CRX de Mascaux-Charlier-Eeckhout ? Même pas ! Cette autre nipponne explosait son moteur en vue de l’arrivée. A la lutte avec les Suzuki Swift en dépit d’un moteur ne fonctionnant pas bien du tout, la Civic #5 de Van Damme, Van Billoen et Deridder remportait une nouvelle victoire à laquelle les pilotes n’ont jamais osé croire. La ‘belle rouge’ a devancé les Swift de Goffard-Pasture, Lannaux-Huybrechts-Peeters et Franken-De Bargigli. Ambiance assurée sur le podium !

Après les deux premiers rendez-vous de la saison, le BGDC va s’offrir un tout petit mois de répit, avant de mettre le cap sur un autre circuit pour grands garçons : Dijon-Prenois ! Où une quarantaine de concurrents sont attendus les 10 et 11 mai…(com BGDC / photo J. Letihon)

Tag(s) : • BGDC