Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Be Trophy - Dijon : les grands débuts de l’Evo3, l’avenir est en marche !

Le Be Trophy 2013 démarre sur le circuit de Dijon-Prenois dans le cadre du Trophée de Bourgogne. La course sera dominée par les grands débuts de la nouvelle Evo3 et son duel avec les autres générations de Be Cox.

On connaît les caractéristiques majeures de cette Be Cox Evo3, fruit de la collaboration Kronos/WRT qui succède – c’est d’une logique implacable… – aux Evo1 (1.8 essence) et Evo2 (diesel). Le moderne moteur essence 2,0l VW Motorsport à injection directe de 175 cv, une gestion électronique garantissant un équilibre parfait entre les voitures, la boîte séquentielle SADEV et les nouveaux pneus BF Goodrich dont elle est désormais chaussée (comme les Be Cox de toutes les catégories), transfigurent le comportement de la « petite nouvelle ». Cependant, les aînées ont toujours voix au chapitre, Kronos ayant multiplié les tests comparatifs afin que les concurrents restés fidèles à la motorisation diesel demeurent « dans le coup ».

Cette grande première est à marquer d’une pierre blanche, car elle signera le début d’une nouvelle ère dans cette catégorie. 6 heures de course sont programmées au Trophée de Bourgogne (170 minutes samedi et 190 minutes dimanche). Le match des générations peut commencer…

Le pavillon « diesel » est en de bonnes mains. Champions en titre, Alexandre Viron, Laurent Richard et Gauthier Engisch – épaulés par le redoutable sprinter français Paul-Loup Chatin – repartent pour un tour sur la n°264 (Rétrodor-Delahaye). Ils peuvent compter sur l’appui des Italiens Chimontin-Marchesini-Caprotti-Cosaro (team MISH) dont la vélocité n’est plus à prouver. Parmi les partisans du diesel, on pointe encore Ouassini-Willems-Gérard-Feron (Leader Racing Events), Vandenbusssche-Sillis-Van Gijsegem (Racing 4 All), Debersaques-Debersaques-Deschepper (DDS Racing) et Quédé-Hoogaars (AC Motorsport 2).

Toujours dans le clan Evo2, on pointe un trio aussi étonnant que détonant voire… pétillant : Fabrice Brouwers-Arnaud Tsamère-Cédric Mathelin. Réunissez un animateur radio-télé au coup de volant affûté, un humoriste en plein boum aux coups… de gueule affûtés, et un spécialiste ès champagne tout aussi affûté, et vous obtenez l’équipage engagé sur la Be Cox n°53 du team Mathelin and co ; un équipage dont on attend avec impatience les commentaires… après la course car dès que le feu passera au vert, les trois hommes ont bien l’intention de mettre « le pied dans le phare » !

En face, plusieurs formations de pointe, et non des moindres, ont opté pour l’Evo3 et veulent entrer dans la – petite – histoire de la Be Cox en étant les premières à l’imposer en championnat. Dans l’ordre des numéros, citons Bouvy-Jussy-Bollen (Allure Team), Simul-Crosset-Fumal (Colson Racing), Mondron-Van Dalen-Van Dalen-Mondron (Kronos Racing, hors-championnat), Weisshaupt-Krueger-Godart (AC Motorsport 1), Nava-Lognard-Delrez (Astur Car), Van Dalen-Visnovsky-Tanghe (sur la Cox de Racing 4 All dont la déco « psychédélique » fera des envieux) et Bouillon-Thewissen-Vervisch (McDonald’s Racing). Le WRT sera présent avec une voiture confiée notamment à Verbist-Rosoux mais elle évoluera hors-compétition, l’objectif du team étant d’accumuler encore des enseignements pour en continuer le développement.

Enfin, le Be Trophy ne serait pas ce qu’il est sans la catégorie Be Twin qui compte six équipages, dont trois ont opté pour l’Evo3 : De Liedekerke-Jadot-Heger (TML Racing), Plunus-Jardon (Trendy Foods) et Dupont-Koning-Fissette (CBRS-AC Motorsport). Entre eux aussi, le match s’annonce indécis et on pourrait d’ailleurs retrouver les lauréats de cette catégorie bien placés dans la hiérarchie absolue au terme des 6 heures de ronde. (com Kronos Events / photo Letihon)

Tag(s) : • Be Trophy