Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En plein renouvellement de son image, Toyota est l'un des constructeur à suivre pour le moment. Telle une armée qui s'est mise en marche avec son retour en compétition au plus haut niveau avec le proto hybride TS-030 aux 24 Heures du Mans, Toyota fait feu de tout bois et tire à peu près sur tout ce qui bouge !

À Genève, on le constatera une fois de plus avec la présentation de la version break de Auris et nommée, Touring Sports. Je sais, une de plus qui porte ce genre de patronyme. que voulez-vous, c'est d'après le marketing, bien plus porteur que break et ce d'autant que le style,la finition et l'aura de certains de ceux-ci au sein de leur marque sont de vraies réussites et non rien à envier à la consœur berline et ce qu'elle soit à coffre ou à hayon.

hebergeur d'image

Bref, avec Auris Touring Sports, il est certain que Toyota va bousculer bien des valeurs établies et la concurrence, tous niveaux confondus, peut bien s'inquiéter de son arrivée. D'une part, elle reprend à l'égal la finition et la qualité perçue de la compacte. D'autre part, avec sa motorisation hybride, elle va faire la joie des responsables fleet puisque celle-ci est annoncée à un taux d'émissions de CO2 de 86 g/km à peine ! Le groupe hybride est conçu pour s’affranchir du moteur à essence le plus souvent possible en ville.

Ajoutez-y la forme qui fait la fonction et de comprendre qu'avec son espace de chargement profond de 1,11 m, large de 1,45 et offrant un volume de 530 litres en configuration normale pour 1.658 à son maximum avec une longueur utile de 2,04 m et hauteur de 89 cm. Il se promet aussi d'être le plus fonctionnel de son segment avec système de rabat des sièges Toyota Easy Flat, plancher de coffre à double niveau, cache-bagages bidirectionnel, filet à bagages à enrouleur, crochets pour sacs à provisions, barres de toit en aluminium et prise 12 V  dans le compartiment  à bagages... Toyota nous sort « la » solution au niveau du rapport consommation / utilité fonctionnelle. Bien vu car ce marché fleet représente tout simplement 76% des ventes !

hebergeur d'image

hebergeur d'imageLignes et architecture identiques à la berline de par son empattement (2,60 m), l’Auris Touring Sports se distingue surtout par une longueur de 28,5 cm qu'elle met à profit pour le coffre puisqu'ils lui sont entièrement dédiés. On comprend dès lors le comment du pourquoi des valeurs citées ci-dessus.

Elle se distingue aussi par son flanc aux vitres latérales en trois éléments très étirées, séparées par des montants noirs – laqués au centre – et soulignées d’une baguette chromée surmontant la ceinture de caisse prononcée qui remonte vers l’arrière. A l'arrière, l’Auris Touring Sports devrait aussi se reconnaître de par son bouclier surmonte un petit spoiler chromé et hayon entièrement redessinés. Ces spécifications offre ainsi un seuil de chargement de 10 cm inférieur à celui de la berline.

Les occupants seront à l'aise dans ce break puisque la hauteur d’assise descend de 4 cm et l’inclinaison du volant est réduite de 2°, créant une position plus naturelle à la tenue. Le nouveau dessin des sièges avant dégage de plus à l’arrière 2 cm supplémentaires aux genoux et les baies de portes arrière sont plus larges.

Toyota se donne une nouvelle identité, cela été dit dans l'intro, en améliorant les qualités dynamiques de ses modèles afin d’offrir une expérience de conduite plus attrayante.

À l’instar de la berline, c'est la seconde génération ne l'oublions pas, la structure de caisse a été rigidifiée, le centre de gravité abaissé, les suspensions et la direction recalibrées, la position de conduite et les caractéristiques NVH (réduction des bruits parasites) améliorées pour rehausser le confort, la réponse et l'agrément au volant. Et de revendiquer une bonne aérodynamique avec sa valeur de 0,28.

Sous le capot, l’Auris Touring Sports disposera des mêmes motorisations que la berline, à savoir : un moteur essence 1,33 litre Dual VVT-i, deux diesels 1,4 litre et 2,0 litres D-4D bonifiés ainsi que le tout premier groupe Full Hybrid proposé sur un break compact.

hebergeur d'imageCe dernier est capable de fonctionner indépendamment ou en tandem. Le moteur à essence 1,8 litre VVT-i et le moteur électrique du système HSD développent à eux deux une puissance utile de 100 kW (136 ch), ce qui lui permet une accélération 0-100 km/h en 10,9 s et une vitesse de pointe de 180 km/h. Plus que suffisant vu les réglementations en matière de vitesse. Son avantage est d'afficher un taux de CO 2 exemplaire de 86 g/km seulement, un taux de NO x (oxyde de carbone) nettement inférieur à celui de modèles diesel à et de performances comparables et bien sûr aucune émission de matières particulaires (MP) en full hybride.

Les autres unités ne sont pas en reste et le taux de CO 2 y est également très compétitif avec 127 g/km pour le groupe essence 1,33 litre de 73 kW (99 ch) et 138 Nm de couple; voire, et bien aidé en cela par la technologie Stop & Start Toyota : 109 g/km seulement  pour le 1.4 diesel de 66 kW (90 ch) et 205 Nm de couple et 115 g/km pour le 2.0 D-4D de 91 kW (124 ch) et 310 Nm de couple.

Commercialisation prévue pour 2014. (source / photos Toyota)

Tag(s) : • Toyota