Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Première au salon de New York qui ouvrira ses portes ce 29 mars pour la version sportive de la gamme XJ.

En devenant R, la berline se mue effectivement un félin dont aimerait qu'il soit notre compagnon de tous les jours. Certes c'est politiquement incorrect, comme bien d'autres berlines huppées du genre, mais ça fait un bien fou de savoir qu'il reste encore des automobiles d'exception !

hebergeur d'image

XJR en fait assurément partie puisque pour être fidèle à son label, la berline bénéficie du V8 5.0 suralimenté délivrant 405 kW (550 ch) à 6.500 trs/min et 680 Nm de couple disponibles entre 2.500 et 5.500 trs/min. Et comme pour délivrer un message bien clair envers la concurrence, notamment allemande, XJR est bridée par le biais de l'électronique, mais à 280 et non 250 km/h comme souvent sur ces rivales. Il y a aussi de la logique dans cet état de fait puisque le débridage de cette valeur devient une option sur ces dernières.

Le moteur est  tout en aluminium à quatre arbres à cames en tête. Il est très élaboré. Son bloc coulé sous haute pression est renforcé par des chemises en fonte et des chapeaux de paliers à fixations croisées. Les têtes de cylindre à quatre soupapes sont conçues en aluminium recyclé. Elles hébergent le compresseur à double vortex de type Roots alimenté par deux échangeurs, qui sont équipés de leur propre circuit de refroidissement par eau afin de réduire la température de l'air d'admission et optimiser ainsi la puissance et le rendement. Le résultat est celui que l'on a écrit ci-dessus. Il fait preuve aussi d'une efficacité remarquable grâce aux technologies incorporées comme l'injection directe à pulvérisation guidée (SGDI) et la double distribution indépendante à calage variable (DIVCT). Le taux d'émission de CO2 est de 270 g/km, soit une consommation en cycle mixte de 11,6 l/100 km.

Des résultats bien dans l'ère du temps et ce grâce à sa boîte de vitesses à 8 rapports. Lorsque le mode automatique est enclenché, le logiciel de gestion peut détecter la manière dont le véhicule est conduit en contrôlant l'accélération et le freinage, l'activité sur ces même pédales, la force centrifuge,  la résistance au roulement et les demandes de rétrogradation. Lorsqu'il détecte un style de conduite plus dynamique, celui-ci rend automatiquement le changement de rapport plus agressif et déplace à un niveau plus élevé de la plage de régime le point de passage au rapport supérieur. Mieux encore, le système de reconnaissance des virages identifie les approches en courbe et maintient le rapport adéquat pour la sortie. Il reconnaît aussi les séries de manœuvres de dépassement nécessitant alors un changement rapide de la position de l'accélérateur et, plutôt que de passer au rapport supérieur, de maintenir le rapport inférieur et d'être ainsi prêt pour la demande d'accélération suivante. Elle est bien évidemment équipée de série du système intelligent Stop/Start de Jaguar.

Bref, XJR est prête à tailler les croupières des teutones et avec un temps de 4,6 s pour passer de 0 à 100 km/h, elle a de la répartie.

Elle a aussi une personnalité bien à elle. Posée sur ses jantes  « Farallon » de 20 pouces. Tributaire de cette dimension, les pneus ont des flancs réduits. A tenir compte selon la qualité du réseau routier car avec respectivement du 265/35 et 295/30 à l'avant et à l'arrière, gare au nids de poules. Ceci dit, XJR peut compter sur le système Adaptive Dynamics qui contrôle activement le mouvement vertical de la carrosserie, ainsi que les taux de roulis et de tangage grâce au recours à des amortisseurs à variation continue. Ce système surveille les impulsions du conducteur et les conditions de conduite, ajustant le taux d'amortissement jusqu'à 500 fois par seconde afin d'optimiser la stabilité et l'agilité. La sélection du mode Dynamic se montrant le plus ferme.

Afin de faire passer sereinement la cavalerie au sol, le différentiel électronique actif a été étalonné pour exploiter le haut niveau d'adhérence offert par les larges pneus arrière, le contrôle plus précis de la suspension et la puissance du moteur. En parallèle de celui-ci, le réglage « Trac DSC » du système de contrôle dynamique de la stabilité permet au conducteur enthousiaste de pousser à ses limites tout en fournissant un discret filet de sécurité grâce à une maniabilité finement contrôlée.

Et d'attaquer sans trop d'appréhension puisque le système de freinage haute performance offre une combinaison inégalée entre puissance, stabilité et modulation grâce aux disques ventilés avant de 380 mm et arrière de 376 mm.

Reste l'ambiance à bord qui se met au diapason du produit avec une combinaison unique de coloris. La sellerie cuir Jet est disponible avec un choix d'inserts en finition Ivory, London Tan ou Red Zone pour le revêtement des sièges. Ceux-ci sont estampés du logo R et peuvent être dotés de surpiqûres en Red ou London Tan. Même la garniture de toit a son option avec un revêtement en suédine Jet de série, mais aussi en cuir Jet en option.

Sportive certes, mais les mélomanes seront ravis d'apprendre que XJR est équipée de série d'un système audio surround de 12 haut-parleurs et de 380 W développé par Meridian. Un système de 18 haut-parleurs et 825 W disponible en option inclut le système Trifield exclusif à Meridian, qui place chaque occupant au centre de sa propre arène ambiophonique.


« La nouvelle XJR incarne les trois piliers définissant la marque Jaguar au XXIe siècle : technologie, performances et design séduisant, tout en offrant de nouveaux niveaux de capacité dynamique dans une berline de luxe. »
Adrian Hallmark, Global Brand Director, Jaguar


Tout est dit ! (source / photo Jaguar)

Tag(s) : • Jaguar