Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Départ parfait pour Vettel, Massa, Hamilton tout de même surpris de voir la Ferrari lui brûler la politesse, mais tout heureux de voir Webber rater le sien et de bloquer quelque peu Alonso. Juste le temps de le dire puisque Alonso passera Hamilton au prix d'un jeu d'influence en fonction des virages.

Et Hamilton n'est pas encore au bout de ses surprises puisque c'est Kimi Räikkönen qui le pousse dans ses derniers retranchements. La pression est trop forte et le Finlandais impose finalement sa Lotus à la réaccélération et ce en dépassant par l'extérieur !

Pour Webber, la pillule est difficile à avaler et de rentrer dès le 5e tour pour effectuer déjà un changement de roues en les troquant pour des mediums.

C'est une indication importantes car Vettel voit justement les deux Ferrari fondre sur ses échappements et de se dire que les instants de domination du leader sont comptés. De fait, il rentre changer ses roues au 7e tour, laissant ainsi les « Rouges » prendre la tête de la course.

Massa ne tardant pas à faire de même, c'est Alonso qui mène le train. Mais l'Espagnol a lui aussi de quoi s'inquiéter car Räikkönen a fait la jonction et de rentrer ensemble au stand pour remettre des mediums. Bien évidemment, tous ces changements, aussi tôt, chamboule le classement et de retrouver les deux... Mercedes en tête, suivi d'un étonnant Sutil et sa Force India.

Le tableau des chronos nous dévoile cependant la grande vélocité des Ferrari qui sont les seules à tourner sous les 1:32 avant de voir Räikkönen se joindre au duo. De constater sur la piste que les Mercedes gèrent bien mieux les pneus que l'an passé. Il n'y a vraiment rien de comparable par rapport à la situation d'il y a 12 mois.

Sutil, pour son retour, s'offre la gloire de mener le GP d'Australie après un an d'abstinence. Moins véloce, il voit Vettel, Massa et Alonso revenir comme des boulets de canon. En attendant, la Force India tient la comparaison et impose son rythme. Du coup, Räikkönen revient petit à petit sur Alonso. Et de voir au partiel du 1e secteur les 6 premiers signer le même chrono au dixième près.

Et pendant ce temps, Webber repasse à nouveau au stand au 19e tour, soit son 2e arrêt alors que l'on est au premier tiers de course. Il ne faudra que 2 tours de plus pour voir rentrer Alonso alors que Sutil est toujours avec ses pneus du départ !

Il finira par faire son changement au 22e tour, suivi par Vettel pour son second changement. De retour en piste devant Alonso, mais derrière Massa, il cédera à l'audace de l'Espagnol le temps de mettre ses gommes à température. Chose que va mieux gérer Vettel en passant Sutil.

Le temps de voir Massa rentrer et se relancer dans la course avec de nouvelles gommes, c'est à nouveau Räikkönen qui est leader, suivi des 2 Mercedes de Hamilton et Rosberg. C'est aussi, à l'approche de la mi-course, de voir Maldonnado partir à la faute et de finr dans le bac à gravier. C'est aussi la stupeur chez Mercedes puisque Rosberg range sa Mercedes le long du mur. Et dire que les nuages menacent !

Effectivement, la pluie fait son apparition de façon très parsemée à la mi-course. Le défi, vu la faiblesse de celle-ci, est de se montrer le meilleur équilibriste afin de rester en piste et de conserver ses positions. À ce jeu, les « passagers » de la pluie sont à leur avantage et de se focaliser sur un duel d'enfer entre Hamilton et Alonso !

À l'attaque, côte à côte, Alonso voit Hamilton allumer ses pneus au freinage.Il ne tente pas le diable et pour éviter l'accrochage laisse celui-ci poursuivre sa trajectoire et de mieux se relancer à la sortie, prenant ainsi définitivement l'avantage.

Et pendant ce temps, Räikkönen qui ne demande rien à personne, qui gère à merveille l'usure de ses pneus de mener la course avec pas moins de 16 s d'avance. Il tente ainsi de rester plus longtemps en piste et de s'assurer des pneus plus frais pour la fin de course. Mais perdant 2 s au tour par rapport à Alonso, il rentre au 35e tour. L'Espagnol est nouveau leader.

Du coup de se remémorer la stratégie décalée de Sutil et du Finlandais qui se retrouve 5e derrière la Ferrari de Massa.

Le temps de le dire et Massa se retrouve 5e puisqu'il repasse dès le tour suivant au stand.

Opération que fera également Vettel, mais pour la 3e fois. Comme quoi, et comme dit lors du résumé des qualifications, la Red Bull n'est pas aussi fringante en course. Mieux chaussé, il s'offre le scalp de Hamilton pour le gain de la 4e place. Ce dernier cédant un tour plus tard à l'attaque de Massa.

Devant, le chrono s'effondre pour Sutil qui est limite avec ses pneus et de ne pouvoir résister au forcing du pilote Lotus qui prend la tête au 44e tour.

Il reste 14 tours et c'est maintenant Alonso qui attaque Sutil. C'est tout profit pour le leader qui prend un peu d'air. Le temps d'un instant car le pilote Force India ne peut contenir l'Espagnol et de céder logiquement à son attaque incisive. D'ailleurs il rentre au stand et de se chausser en gommes super tendre pour finir la course.

Et alors qu'il reste 8 tours, la pluie fait son retour par endroits. Hamilton n'en a cure et il tente de faire la jonction d'avec Sutil pour le gain de la 5e place. Devant, Räikkönen est serein et gère son avance de 7 s sur Alonso, lui-même ayant le même avantage sur Vettel. Curieusement, Suttil voit ses pneus se dégrader à la vitesse v v prime. Cédant à Hamilton, il doit faire de même face à Webber. Du coup, même si cela va très vite, et avec l'inconnue de l'usure des pneus, les position du top 6 semblent figées. Alonso y croit cependant mais vient buter sur la Caterham de Pic et d'y perdre 2 s en évitant la casse.

Podium somptueux avec une triplette de champion du monde composé respectivement de Kimi Räikkönen (Lotus), Fernando Alonso (Ferrari) et Sebastian Vettel (Red Bull).

Intelligence de course chez Lotus puisque Räkkönen n'a fait que 2 arrêts pour 3 à tous ses poursuivants ou presque puisque Guiterrez (Sauber) et Pic (Marussia) respectivement 13e et 16e feront de même.
Rendez-vous dans une semaine pour assister à la 2e joute en Malaisie (Kuala Lumpur)

Classement course (source formula1)
Pos  Pilote Team Trs Ecart Gril  Pts
1 7 Kimi Räikkönen Lotus-Renault 58   7 25
2 3 Fernando Alonso Ferrari 58 +12.4 5 18
3 1 Sebastian Vettel Red Bull Racing-Renault 58 +22.3 1 15
4 4 Felipe Massa Ferrari 58 +33.5 4 12
5 10 Lewis Hamilton Mercedes 58 +45.5 3 10
6 2 Mark Webber Red Bull Racing-Renault 58 +46.8 2 8
7 15 Adrian Sutil Force India-Mercedes 58 +1:05.0 12 6
8 14 Paul di Resta Force India-Mercedes 58 +1:08.4 9 4
9 5 Jenson Button McLaren-Mercedes 58 +1:21.6 10 2
10 8 Romain Grosjean Lotus-Renault 58 +1:22.7 8 1
11 6 Sergio Pérez McLaren-Mercedes 58 +1:23.3 15  
12 18 Jean-Eric Vergne STR-Ferrari 58 +1:23.8 13  
13 12 Esteban Gutierrez Sauber-Ferrari 57 +1 tr 18  
14 17 Valtteri Bottas Williams-Renault 57 +1 tr 16  
15 22 Jules Bianchi Marussia-Cosworth 57 +1 tr 19  
16 20 Charles Pic Caterham-Renault 56 +2 trs 22  
17 23 Max Chilton Marussia-Cosworth 56 +2 trs 20  
18 21 Giedo van der Garde Caterham-Renault 56 +2 trs 21  
Ab 19 Daniel Ricciardo STR-Ferrari 39 +19 trs 14  
Ab 9 Nico Rosberg Mercedes 26 +32 trs 6  
Ab 16 Pastor Maldonado Williams-Renault 24 +34 trs 17  
Ab 11 Nico Hulkenberg Sauber-Ferrari 0 Alim 11  
Tag(s) : • F1