Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ALMS : Goossens, le point un an plus tard

Pour la première fois depuis qu’il développe avec succès la Viper du SRT Motorsports, Marc Goossens évoluera sur le circuit de Road America, où il pourra juger les progrès enregistrés depuis un an par la formation américaine

- Quelles sont les clés pour être compétitifs à Road America ?

- «Premièrement, je voudrais pointer que c’est la première fois que nous roulerons à nouveau sur un circuit que nous avions découvert l’an dernier », analyse Marc Goossens. «Il fait partie des tracés déjà visités. Certaines données d’acquisitions sont le fondement des progrès réalisés depuis août 2013 jusqu’à présent. Nous avons l’espoir d’optimiser toutes ces informations récoltées 12 mois auparavant en vue de réaliser une prestation de choix. Road America a la particularité d’y avoir des virages rapides et lents. Il ressemble à certains circuits européens. Un vrai défi pour les pilotes. Le mot clé pour nous sera la régularité. Je revois en cela la bonne course du Mans. Les Viper ont signé un top cinq à chaque manche de l’American Le Mans Series, malheureusement notre voiture a connu des ennuis à Lime Rock avant de démontrer une fois encore un énorme potentiel à Mosport. Sur base de ce que nous avons montré, il sera important de jouer devant pour nos deux voitures ».

« A Mosport, disposer d’une machine bien équilibrée sera un plus mais l’idéal dépendra de ce que vous voudrez atteindre. Bien sûr vous pouvez opter pour une meilleure vitesse de pointe et sacrifier de la vitesse en virage et sur un tour, parce que le temps perdu pourra être facilement comblé en ligne droite. Je pense qu’ici un facteur important sera de bien communiquer. Les réunions avant la course, les briefings seront autant d’occasions pour déterminer nos objectifs pour la course. Tant que nous restons sur la même longueur d’onde, cela ne pourra que nous tirer vers le haut ».

- Quel bilan tirer après un an ?

« L’on vient de loin », confesse Marc. « Si l’on regarde derrière nous, les avatars n’ont pas manqué pour nos débuts à Mid-Ohio et Road America. Mais les ennuis accumulés résolus au fur et à mesure voilà une preuve tangible que le personnel choisi est le bon. Tout le crédit en revient à Bill Riley. Chacun au sein de notre formation, mécaniciens, ingénieurs, pilotes étions conscients de la tâche qui se présentait à nous. Pour vous donner un exemple des difficultés à résoudre, nous avons connu dès problèmes de température élevée à l’intérieur de la voiture, ensuite, nous avons cherché à être plus performants, cela a pris du temps, parfois nous y arrivions en fin d’épreuve. Après cela, nous nous sommes attelés à améliorer la fiabilité. Sebring fut une étape importante, c’est à cette occasion que l’on a pu dévoiler la valeur exacte de notre matériel. Depuis nous progressons sans cesse ». (com Patrick Six / photo ALMS org)

Tag(s) : • ALMS