Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entre soulagement et confirmation en fait et ce, pour toutes les équipes. Dans l'absolu, ce premier grand Prix de la saison 2014 ne pouvait mieux débuter.

Un départ chahuté, une course en quinconce de certain qui ont fait alors assuré le spectacle, la perte de "gros bras" et une intrigue sur la fiabilité... Oui, tous les ingrédients étaient bien là.

Dès l'extinction des feux, Rosberg s'offre un départ d'anthologie. Il surgit de sa 2ème ligne, prend directement l'ascendant sur Ricciardo et vient brûler la politesse à son équipier Hamilton au premier freinage. Cependant, ce dernier a oublié la nouvelle règle qui stipule qu'une fois changé de ligne pour défendre sa place, on doit y rester. Le Britannique se rabat, comme par réflexe, un peu vers sa trajectoire de départ et laisse ainsi la porte légèrement ouverte. Rosberg joue son va-tout, s'y engouffre et... s'en va !

Cette hésitation de Hamilton lui coûte également la seconde place au détriment de Ricciardo. Le pilote Red Bull monte au créneau et retrouve très vite sa seconde place, il n'en bougera plus malgré les changements de roues.

Première épreuve, mais aussi le temps de brûler les neurones d'une inter-saison bien incertaine. Pour son retour à la F1, Kobayashi joue le kamikaze et après avoir cassé sa suspension avant droit en percutant la roue de la Toro Rosso de Kvyat, n'ayant plus de freins, il vient également percuter la Williams de Massa. Le Brésilien, tout penaud, voit sa course déjà terminée.

Le premier virage n'ayant pas été avare en sensation, c'est Guttierrez qui se met en devoir de semer la zizanie dans le peloton en s'offrant une 360° dès le 6ème virage. Vettel l'évite de peu et heureusement, personne ne viendra toucher la Sauber-Ferrari.

La course étant lancée, les premières joutes et intimidations commencent. Déjà mal parti, Hamilton cède du terrain et se fait même passer par Hulckenberg, lui aussi auteur d'un excellent départ au volant de sa Force India-Mercedes, dès le 3ème tour alors que Räikkönen fait de même sur Vergne. Parti 12ème le pilote Ferrari est déjà 6ème !

Pour Hamilton, la cause est rapidement entendue et à l'entamme du 4ème tour, il rentre définitivement au stand pour y abandonner. Premier coup de tonerre sur le paddock et alors qu'en piste Bottas se fait remarquer de la meilleure façon qui soit en dépassant Vergne, c'est le champion du monde Vettel qui rentre le tour suivant pour imiter le pilote Mercedes. Et hop, deux cadors de moins ! Scénario catstrophe en vue ?

Pas le temps d'y penser, ou du moins, c'estpas le moment car en piste, le festival Bottas a débuté. Après VErgne, c'est donc Räikkönen qui subit sa loi. Sauf qu'à confondre vitesse et précipitation, il tape avec la roue arrière droite le mur alors qu'il veut s'offrir le sclap de l'Espagnol Alonso. Il plie légèrement sa jante et la sanction est immédiate : le pneu s'échappe de son logement et vient mourir sur la piste pendant que le pilote ramène la "bête" blessée au stand. Non sans y laisser également un morceau de sa jante.

Les débris ne sont pas énormes, mais mal placés, la safety car intervient. Alors vient à se poser la question ? Avec 4 tours derrière celle-ci, le temps est exagérément long. Dès lors, c'est à se demander si la Direction de course n'avait pas des craintes quant à la fiabilité des bolides et surtout l'assurance de les voir arriver jusqu'au terme de la course sans passer en mode "économique".

A la reprise et alors que tous profitent de cet évènement pour passer au stand changer pour la première fois de roues, la course de chacun reprend ses droits. Rosberg en autoritiare leader s'échappe à la régulière, lâchant Ricciardo qui fait lui aussi son trou sur un étonnant Magnussen. Depuis le début, le nouveau pilote McLaren-Mercedes assure sa place de 3ème.

De constater que Bottas, 20ème, commence sa remontée et que les Lotus sont toujours en course. Alonso a retrouvé des couleurs et met la pression sur Hulkenberg alors que Pérez passe Maldonado.

De fiabilité, il en est à nouveau question quand Ericsson range sa Caterham le long de la piste au 29ème tour, soit à la mi-course.

Petit à petit,la course commence à se normaliser, à en devenir presque monotone. Mais le feux d'artifice n'est pas fini et reprend de plus bel quant Räikkönen rate son freinage sous pression de... Bottaz. Chez Ferrari, c'est un peu grise mine, mais Alonso remet l'espoir en dépassant Hulkenberg lors du changement de roues. En stratégie décalée, il prend ainsi la 5ème place au 36ème tour. Ce sera sa place à l'arrivée.

Ricciardo, Bottas, Räikkönen et Kvyat rentrent à leur tour au 37ème mais cela n'a aucune incidence sur le classement. Même Magnussen qui effectuera son opérationle tour suivant ne sera pas inquiété. Que du contraire, il a pour ambition d'aller chercher la 2ème place de Ricciardo.

Pour Lotus, la fin du calvaire est définitive lorsque Grosjean range sa E22 le long du mur au 45ème tour. Très mauvais week-end pour le team, mais au moins, ils ont pu récolter des informations pour la prochaine course.

Vergne, alors 7ème, va commencer à baisser pavillon et alors qu'il a Hulkenberg en vue, c'est Bottas qui profite d'une erreur du Français qui met ses roues dans l'herbe et s'offre un travers, pour le déposer dans la ligne droite suivante. Mais il était dit que le pilote Williams-Mercedes était déchaîné et de s'offrir à nouveau la tête de Hulkenberg à 5 tours de l'arrivée.

Si Rosberg file vers une victoire sans partage et sans discussion possible, Ricciardo se voit menacé par Magnussen. Chez Red Bull et McLaren, ainsi que dans les gradins, on se lève, on serre les poings et... on espère que tout se passera bien tant le Finlandais est désormais proche de l'Australien.

"Assure" entend-t-on dans la radio. Ce petit message s'adresse à Magnussen qui dès lors lève franchement le pied et de s'offrir un résultat inespéré pour sa première course en F1 et d'offiri la 3ème marche du podium à McLaren. Dans le team, on est ravi car Button, discret, finit 4ème et assure la tête du championnat constructeur.

Rendez-vous dans 15 jours (30 mars) pour le GP de Malaisie car d'ici là, on va resserer les rangs dans les teams, et de voir si Red Bull, McLaren et Williams confirment leurs prétentions au podium. A Mercedes de conserver le léger et indéniable avantage qu'ils ont acquis durant l'hiver. Mais la pluie et la chleur moite pourrait bien à nouveau redistribuer les cartes !

A lire également :

 Résultat (source FIA Formula1)
 Pos Pilote Team Trs Écart Gril  Pts 
 1 6 Nico Rosberg Mercedes 58    25 
 2 3 Daniel Ricciardo Red Bull Racing-Renault 58  +24.5 18 
 3 20 Kevin Magnussen McLaren-Mercedes 58  +26.7 15 
 4 22 Jenson Button McLaren-Mercedes 58  +30.0 10  12 
 5 14 Fernando Alonso Ferrari 58  +35.2 10 
 6 77 Valtteri Bottas Williams-Mercedes 58  +47.6 15 
 7 27 Nico Hulkenberg Force India-Mercedes 58  +50.7
 8 7 Kimi Räikkönen Ferrari 58  +57.6 11 
 9 25 Jean-Eric Vergne STR-Renault 58  +1:00.4
 10 26 Daniil Kvyat STR-Renault 58  +1:03.5
 11 11 Sergio Perez Force India-Mercedes 58  +1:25.9 16 
 12 99 Adrian Sutil Sauber-Ferrari 57  +1 tr 13 
 13 21 Esteban Gutierrez Sauber-Ferrari 57  +1 tr 20 
 14 4 Max Chilton Marussia-Ferrari 56  +2 trs 17 
 Ab 17 Jules Bianchi Marussia-Ferrari 50  +8 trs 18 
 Ab 8 Romain Grosjean Lotus-Renault 44  +14 trs 22 
 Ab 13 Pastor Maldonado Lotus-Renault 30  +28 trs 21 
 Ab 9 Marcus Ericsson Caterham-Renault 28  +30 trs 19 
 Ab 1 Sebastian Vettel Red Bull Racing-Renault +54 trs 12 
 Ab 44 Lewis Hamilton Mercedes +55 trs
 Ab 19 Felipe Massa Williams-Mercedes + 58 trs
 Ab 10 Kamui Kobayashi Caterham-Renault + 58 trs 14 
F1-Australie : Rosberg en démonstrationF1-Australie : Rosberg en démonstration
Tag(s) : • F1