Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BMW M3 et M4

« Depuis quatre générations, la BMW M3 associe les gènes de la compétition à une aptitude totale au quotidien pour donner naissance à un concept d’ensemble hautement émotionnel », explique le Dr Friedrich Nitschke, Président de la Direction de la société BMW M GmbH, et ajoute : « La BMW M3 Berline et la BMW M4 Coupé poursuivent en toute logique cette idée de base. Le moteur est le cœur qui bat sous le capot de toute BMW M : le nouveau six cylindres turbocompressé allie les avantages d’un moteur atmosphérique tournant à haut régime et les atouts de la technologie turbo. Le concept de construction légère rigoureux se traduit par une réduction du poids de quelque 80 kilogrammes par rapport à la devancière. Avec les BMW M3 et BMW M4, la technologie de la course s’invite sur la route. Des milliers de tours bouclés sur la légendaire Boucle nord du Nürburgring – le circuit de course le plus éprouvant du monde – ont servi d’épreuve de maturité aux deux modèles. Grâce à leur travail méticuleux et à leur passion, les ingénieurs d’étude ont transformé ces deux automobiles en voitures de sport hautes performances qui redéfinissent la donne quant au concept d’ensemble, à la précision et à l’agilité. »

Il est vrai que si la prestance de la première génération, la M3 E30, était clairement orientée sport via des ailes élargies qui ont fait sa renommée visuelle, une M, de quelque génération qu'elle soit a avant tout une âme. Une fois de plus, on donnerait bien la nôtre au diable car le nouveau venu est une main de fer dans un gant de velours.

De conception entièrement nouvelle, ce 6 cylindres 3 litres en ligne est prêt à envoyer des envolées lyriques à qui veut l'entendre. Une symphonie en 6 en ligne qui monte jusqu'à 7.600 tr/min !
C'est sa limite, mais la vocalise de ses 317 kW (431 ch) est excellente entre 5.500 et 7.300 tr/min. Ce n'est certes que 8 kW (11 ch) de mieux que le V8 de la précédente génération qui allait jusqu'à 8.300 tr/min, mais en terme de couple, c'est tout à fait autre chose. De 400 Nm, BMW en sort aujourd'hui... 550. La poussée ne se fait pas violence, mais plutôt force. D'autant que celui-ci est disponible dès 1.850 tr/min, pour 3.900 précédemment. C'est 40% de mieux qui se transforme en plaisir. Dit comme ça, on comprend encore mieux la suite.
Changement de philosophie donc et qui se résume pour le commun des mortels par un chrono de 4,3 s pour passer de 0 à 100 km/h en boîte manuelle à 6 rapports, de 4,1 si votre M est équipée de la boîte à double embrayage et à 7 rapports. Le tout est assorti d'une consommation normalisée respectivement de 8,8 et 8,3; soit en terme d'émission de CO2 de 204 et 194 g/km, soit 25% de moins.

Outre le très bon travail des motoristes, la raison se trouve aussi dans le fait que M3 et M4 utilisent des matériaux spécifiques. C'est le cas notamment pour le toit qui est en carbone. Le principe de construction allégée (plastique renforcé par fibres de carbone ou l’aluminium pour de nombreux composants du train de roulement et de la carrosserie) et d'assemblage y est aussi pour quelque chose et justifie ainsi le gain de 80 kg. Avantage pour M4 puisque ce coupé n'embarque que 4 occupants pour 5 à M3 avec un minimum de 1.497 kg. La berline ne faisant que 23 kg de plus. C'est plus que raisonnable.

Mises au point entre autre par les deux spécialistes du DTM que sont Bruno Spengler et Timo Glock, notamment pour les tests sur la Boucle nord du Nürburgring, BMW promet une aptitude à tourner avec fiabilité sur circuit. Le constructeur avoue même que cela a été l’un des principaux objectifs de
développement inscrits dans le cahier des charges. Et ce qui est vrai pour le coupé, l'est également pour la berline. Elles sont d'ailleurs toutes deux dotées d’un système de refroidissement conçu pour le circuit de course. Cela garantit à tout moment une température idéale du moteur, des turbocompresseurs et de la boîte de vitesses. Le comportement est à l'avenant puisque les réglages sont des plus précis et basé sur une utilisation "course".

28 ans plus tard, la cinquième génération M3 et la première M4 perpétuent cette tradition. (source / photos BMW)

M3, M4 même combat, pourtant la fibre sportive est plus exacerbée sur le coupé M4. Ne fusse qu'au niveau de l'habitacleM3, M4 même combat, pourtant la fibre sportive est plus exacerbée sur le coupé M4. Ne fusse qu'au niveau de l'habitacleM3, M4 même combat, pourtant la fibre sportive est plus exacerbée sur le coupé M4. Ne fusse qu'au niveau de l'habitacle
M3, M4 même combat, pourtant la fibre sportive est plus exacerbée sur le coupé M4. Ne fusse qu'au niveau de l'habitacleM3, M4 même combat, pourtant la fibre sportive est plus exacerbée sur le coupé M4. Ne fusse qu'au niveau de l'habitacleM3, M4 même combat, pourtant la fibre sportive est plus exacerbée sur le coupé M4. Ne fusse qu'au niveau de l'habitacle

M3, M4 même combat, pourtant la fibre sportive est plus exacerbée sur le coupé M4. Ne fusse qu'au niveau de l'habitacle

Tag(s) : • BMW