Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Certes, en ce dernier Grand Prix, il n'y avait presque plus d'enjeu. Mais si au sortir des qualifications, Vettel était à nouveau en pole et à nouveau avec une certaine insolence vu l'écart sur ses rivaux, la météo très incertaine pouvait nous offrir enfin du spectacle.

Le premier à nous l'offrir est Rosberg. Le pilote Mercedes a superbement pris son envol et de prendre l'ascendant sur Vettel au premier virage. Cela ne durera qu'un tour car dès le suivant, celui-ci reprend son bien et ne le quittera plus jusqu'à l'arrivée, même si un mécano, surpris par le retour au stand de son poulain au profit d'un drapeau jaune, se saisira d'un pneu intermédiaire au lei d'un à gomme dure. Ce "couac" lui coûtera la moitié de son avance, mais il n'y aura pas péril en la demeure puisque la pluie ne viendra jamais.

Opéré au 48e tour, ce changement fait dans la précipitation obligera même Webber, qui était lui aussi dans cette opération, d'attendre 2 s derrière son chef de file. C'était alors tout profit pour Alonso qui voyait là une très bonne occasion de combler son retard sur l'Australien. Il faut dire que le pilote Ferrari nous a encore gratifié d'une sacrée course en se faisant quelque peu enfermé au départ par les Mercedes, notamment celle de Hamilton. Remontant ses adversaires un à un, le mano à mano avec Webber nous aura tenu en haleine toute la course... ou presque. Curieusement et alors qu'il est chaussé en pneus plus tendres, le leader des Ferrari n'arrivera jamais à recoller à son futur ex-rival. Vraiment trop forte cette RB9 !

Si forte qu'elle permet à Vettel de signer une 13e succès cette année, égalant le record de Schumacher, le 9e d'affilée sur une même saison et d'égaler symboliquement celui de Ascari qui en avait fait de même mais sur les saisons 52 / 53.

De l'émotion , il en fut question dès le baisser du drapeau puisque lors de retour au stand, Webber ôtera son casque et c'est cheveux au vent qu'il viendra aligner sa monoplace devant le podium alors que pendant ce temps, Vettel, puis Massa, pour son dernier GP chez les "Rouges" effectuaient des donuts.

Bravant tous les interdits, ces 3 pilotes donnaient ainsi un visage humain, un côté sentimental à l'évènement au grand dam de certains dirigeants qui, vert de rage, remplissaient déjà la case pour le montant des amendes. Eh oui, en F1, on ne rigole pas, on ne parle pas, on se sourit comme des faux-culs et on fait semblant de ne rien savoir ou voir dès que cela arrange ce petit monde.

Et dans son action, Massa exprimait aussi son ras-le-bol car il en comprenait pas le drive-trought qu'il écope pour avoir couper trop loin la ligne de l'entrée des stands. On peut le comprendre puisque depuis un certain nombre de course, certains pilotes, et pas des moindres, sont allègrement au-delà des vibreurs des 4 roues sans être sanctionnés.

Mais en ce dernier Grand Prix de la saison, on ne peut que goûter notre plaisir à avoir vu de belles bagarres de duos dont les bénéficiaires sont Button et Pérez. Les deux pilotes McLaren nous ont régalés et se sont régalés. Limite parfois, virile certainement et surtout correcte, les deux ont eu des passes d'armes gagnantes et de leur permettre de finir respectivement 4e et 6e prenant en tenaille la Mercedes de Rosberg.

Moments chauds aussi entre Pérez et Botas, Maldonado et surtout l'accrochage entre Hamilton et Botas. Ce dernier n'y peut franchement rien. Il défend sa place, mais Hamilton se rabat alors qu'il est sur la trajectoire. Se sentant tasser, le Finlandais ne bouge pas, à juste titre, de sa ligne. Mal lui en a prit car les roues des monoplaces se touchent et si Hamilton connait une crevaison et peut repasser au stand, la jante de la Williams casse et le pneu déjante immédiatement. C'en est fini de sa prestation.

Mais la plus grand déception est pour Grosjean. Ayant pris le meilleur sur Alonso et Hamilton au départ, il jouira de sa position que 2 tours car c'est dans un impressionnant panache de fumée qu'il rangera sa Lotus le long du rail à l'entame de la ligne droite. Rare la casse du V8 Renault dont c'était la dernière course puisque l'an prochain, le V6 1.6 sera la nouvelle configuration moteur.

Ainsi se clôture une saison 2013 dominée par les Red Bull et par un seul homme Vettel. Mais c'est la joie de Webber sur le podium qui me restera en mémoire, malgré sa "gamelle" dûe au champagne répandu au pied de celui-ci.

 Résultat (source FIAformula1)
 Pos Pilote Team Trs Écart Gril Pts 
 1 1 Sebastian Vettel Red Bull Racing-Renault 71 0 1 25 
 2 2 Mark Webber Red Bull Racing-Renault 71 +10.4 4 18 
 3 3 Fernando Alonso Ferrari 71 +18.9 3 15 
 4 5 Jenson Button McLaren-Mercedes 71 +37.3 14 12 
 5 9 Nico Rosberg Mercedes 71 +39.0 2 10 
 6 6 Sergio Pérez McLaren-Mercedes 71 +44.0 19
 7 4 Felipe Massa Ferrari 71 +49.1 9
 8 11 Nico Hulkenberg Sauber-Ferrari 71 +1:04.2 10
 9 10 Lewis Hamilton Mercedes 71 +1:12.9 5
 10 19 Daniel Ricciardo STR-Ferrari 70 +1 tr 7
 11 14 Paul di Resta Force India-Mercedes 70 +1 Lap 12
 12 12 Esteban Gutierrez Sauber-Ferrari 70 +1 tr 17
 13 15 Adrian Sutil Force India-Mercedes 70 +1 tr 15
 14 7 Heikki Kovalainen Lotus-Renault 70 +1 tr 11
 15 18 Jean-Eric Vergne STR-Ferrari 70 +1 tr 8
 16 16 Pastor Maldonado Williams-Renault 70 +1 tr 16
 17 22 Jules Bianchi Marussia-Cosworth 69 +2 trs 21
 18 21 Giedo van der Garde Caterham-Renault 69 +2 trs 20
 19 23 Max Chilton Marussia-Cosworth 69 +2 trs 22
 20 20 Charles Pic Caterham-Renault 58 Suspension 18
 21 17 Valtteri Bottas Williams-Renault 45 Accident 13
 22 8 Romain Grosjean Lotus-Renault 2 Moteur 6
Saison parfaite et titre constructeur pour Red Bull , Vettel, champion pour la 4e fois et ses records, mais c'est Webber qui récolte la gratitude et mérite le respect de tous. Merci, Monsieur !Saison parfaite et titre constructeur pour Red Bull , Vettel, champion pour la 4e fois et ses records, mais c'est Webber qui récolte la gratitude et mérite le respect de tous. Merci, Monsieur !Saison parfaite et titre constructeur pour Red Bull , Vettel, champion pour la 4e fois et ses records, mais c'est Webber qui récolte la gratitude et mérite le respect de tous. Merci, Monsieur !

Saison parfaite et titre constructeur pour Red Bull , Vettel, champion pour la 4e fois et ses records, mais c'est Webber qui récolte la gratitude et mérite le respect de tous. Merci, Monsieur !

Tag(s) : • F1